Acheter son vélo sur internet ou en magasin ? Je réponds à ce vélociste

memory - Gravelpassion.fr
Vous êtes pressé(e) ? Prenez un raccourci 🔽
1 contenu inédit chaque samedi à 19h
communauté gravel
🎁 OFFERT : 7+ ressources 100% Gravel

Il y a quelques jours, j’ai reçu un message d’un marchand de vélos qui soulevait un point important : la vente en ligne VS l’achat en magasin.

Et vous savez quoi ? Ce cri du cœur m’a interpelé.

Alors, j’ai creusé le sujet et j’ai cherché des réponses à ses questions.

Je vous présente cela sans filtre, car ce sujet intéressant mérite à mon sens d’être partagé.

Bonne lecture 👇

« On doit gérer les SAV aux clients qui achètent sur le net et parfois gratuitement si on a la malchance de vendre la même marque au magasin.

Donc le client achète au moins cher sur le net. Comme l’autre jour une cliente vient avec un vélo neuf de chez Alltricks et d’après eux elle devait se rendre au magasin le plus proche d’elle ( 4km) et je devrais lui régler le problème et Alltricks lui rembourse la facture. »

C’est une réalité : nous sommes de plus en plus nombreux à acheter notre vélo / matériel en ligne. Et parfois, le consommateur a besoin de l’expertise d’un professionnel.

Selon moi, c’est une bonne chose pour le vélociste. D’une part, et on le sait, sa marge est plus importante sur de la main d’œuvre / vente de pièces que sur la vente d’un vélo. (hors exception)

Et d’une autre part, si l’accueil est chaleureux et le travail bien fait, la probabilité pour que l’acheteur devienne un client fidèle est très forte !

Côté client justement, on observe deux comportements : 

  • ceux qui achètent en ligne mais jouent le jeu en cas de besoin d’un vélociste. Ils n’hésitent pas à compléter leur panier et / ou revenir régulièrement.
  • et en effet…. Ceux qui abusent et ne vont chez le vélociste qu’en cas de “problème”.

Pour autant, refuser la réparation d’un vélo acheté sur le net est selon moi contre-productif pour le vélociste.

Certains l’ont d’ailleurs bien compris comme le magasin Dropbar à Meudon qui s’est notamment spécialisé dans la réparation des vélos Canyon & Origine…

« Vous touchez un sujet qui pourrait ne pas convenir à vos soutiens financiers.”

Gravelpassion.fr est auto-financé (bootstrappé comme on dit dans le monde des start-up 🤡).

De ce fait, nous n’avons aucun soutien financier. À ce propos, nous avons même rédigé un contenu à ce sujet qui vous explique comment nous nous finançons.

“Autre question pourquoi vous parlez très rarement des marques comme, Bergamont, Fuji, Gir’s et bien d’autres.”

Sur Gravelpassion.fr, nous avons présenté plus de 103 marques en lien avec le gravel. Bien entendu, Bergamont, Fuji et Gir’s en font partie.

Vous pouvez d’ailleurs retrouver tous ces contenus classés par marque ici.

Aucune marque n’est privilégiée par rapport à une autre : nous répondons aux demandes de nos utilisateurs.

“Sur votre blog nous on ne retrouve aucun soutien de votre part il y a conflit d’intérêt avec les gros faiseurs qui nous mène la vie dure ?”

On peut nous reprocher des choses. Nous sommes loin d’être parfaits.

Mais pas ça…

Nous avons lancé en 2022, une carte interactive des revendeurs gravel en France.

L’objectif ? Il est double ! 

  • Vous permettre de trouver facilement un réparateur / revendeur proche de chez vous.
  • Proposer une visibilité supplémentaire aux vélocistes en leur offrant GRATUITEMENT une fiche sur notre site.

Résultat 8 mois plus tard ? Un échec complet ! 

J’ai contacté personnellement plus de 932 vélocistes. 40 ont créé leur fiche…

L’outil est visible ici : https://www.gravelpassion.fr/magasins-gravel-france/

« Excusez-moi pour ce mail si vous le trouvez hors sujet.
C’est un crie du coeur, je suis un passionné comme vous, qui voudrait juste vivre ou survivre. »

Malgré tout, je comprends le cri d’alerte de ce commerçant et la période actuelle est délicate (même pour nous, acteur du monde en ligne).

Il faut sans cesse se réinventer. Écouter nos clients.

Nous aurons toujours besoin de vélocistes passionnés, même pour réparer des Canyon ou des Origine….

Leur expérience, leur expertise et leur savoir-faire sont irremplaçables.

Mais le problème ne vient pas que d’internet. 

Au contraire même, pour certains, les e-commerçants spécialisés sont une réponse aux déceptions qu’ils rencontrent quand ils franchissent la porte de certaines boutiques.

À tort ou à raison…

En aucun cas, cet article n’est un parti pris. Je vous le partage dans l’unique but de vous montrer que le monde du commerce évolue. 

Les deux dernières années ont été dévastatrices. Certains s’adaptent, d’autres survivent, beaucoup meurent.

À titre personnel, oui j’effectue certains de mes achats en lien avec le vélo sur internet.

Mais j’apprécie aussi me rendre dans une bonne boutique, être écouté et partager la passion du vélo avant de finaliser un achat important, quitte à payer plus cher.

Les deux mondes ne sont pas incompatibles, mais complémentaires. 

Et vous ? Quel est votre avis sur le sujet ? Votre réponse m’intéresse !

Si ce contenu vous a semblé pertinent, n’hésitez pas à partager cet article partout où bon vous semble.

PS : si vous êtes un vélociste, on peut vous accompagner !

Vous avez apprécié ce guide ?

5/5 - 2 ♥️
Nos boutiques préférées pour vos achats gravel 🛍️
Découvrez 3 autres contenus 100% gravel 👇
Actu 100% Gravel
🗓️ 21 octobre 2022
✍️ Hugo de gravelpassion.fr
Actu 100% Gravel
🗓️ 5 juillet 2022
✍️ Hugo de gravelpassion.fr
💬 1 commentaires
Actu 100% Gravel, Récits et aventures gravel
🗓️ 14 avril 2023
✍️ Hugo de gravelpassion.fr

5 réponses

  1. J’ai acheté tout mes vélos en magasin (9 avec ma famille). C’est clair que le conseil est au top. Il y a 2-3 années, j’ai acheté une fourche en magasin sur Paris près de mon travail pour la monter moi-même comme c’était un peu loin pour ramener le vélo : Mais p’tit problème au montage et pouvant difficilement aller à Paris avec mon vélo en vrac, je cherche un vélociste (sur internet, et oui !) près de chez moi. Et bien celui-ci a refusé tout net de m’aider arguant que je l’avais acheté sur internet ! Il ne m’a pas cru. Et il ne m’a donc plus revu. Et depuis, il a fermé (et celui de Paris aussi malheureusement…). J’ai encore acheté le vélo électrique de ma femme à côté de chez moi chez un spécialiste l’an dernier. Mais le prochain gravel sera sur internet. Maintenant, j’ai appris à bricoler grâce à mon velociste borné (et qq outils). Bien évidemment, ils ne sont pas tous pareil, mais maintenant, les vélos sont vraiment devenus hors de prix.
    Vu le nombre de velo sur les routes, je ne comprends pas que des sociétés de service pour entretien/réparation ne pululent pas. Il y a pourtant un marché. On veut faire du business facile mais faire de la mécanique, ça, ça ne branche plus. Je ne généralise pas, bien évidemment, mais il n’y a pas que les velocistes qui dépriment en ce moment…

    1. D’accord avec toi. Les achats de vélo, de roues, de chaussures, chez un vélociste, sans hésitation, et pour toute la famille. Dur de trouver une échoppe de passionné, le genre de boutique « caverne aux trésors », qui arrive toujours à de te dépanner le temps de… Autre modèle économique, le service à la personne, le vrai, n’est pas rentable. Alors, je bricole mes vélo moi-même, avec mon niveau de compétence. On s’entre-aide entre copains. Après, les produits à la plus forte avaleur ajouté (les moins chers), c’est souvent internet qui fournit et je me gère. Mais il y aura régulièrement la révision qui va bien, avec la vérification des rayons, une petite purge etc. Et quand j’arrive avec ma « merguez », j’ai déjà eu des commentaires du genre : « Mais avec tout ce qui a déjà été bricolé là-dessus, vous savez certainement le faire vous-même… » !

  2. Il y a peut-être d’autres problèmes de concurrences ? Les « moyennes enseignes » (petits Intersport, Decathlon, ect…) qui s’implantent sur les petites zones commerciales rurales au détriment des vélocistes des centres bourgs.
    Mais, surtout, les petits ateliers de réparations, les itinérants, en auto ou miro entreprise, voir des pluriactifs (salariés d’entreprises et réparateurs vélos) avec des charges moindres et donc bien moins chers que les commerçants. De plus, ces petits indépendants n’assurent que la réparation toutes marques, donc pas d’incitation à la vente !
    Et les pouvoirs publics semble encourager les reconversions professionnelles vers le dépannage vélos. Il y a même des centres de formation pour chômeurs.

  3. bonjour à tous, je pense que tout a été dit dans les commentaires précédents. Pour l’avoir testé à maintes reprises il faut avouer que les vélocistes ne font pas le job la plupart du temps. Par exemple avant chacun de mes stages vélos je demande aux participants que leur vélo soit en parfait état et révisé, 9 fois sur 10 c’est fait par un vélociste et malheureusement il y a toujours des problèmes plus ou moins important (réglages dérailleurs, préventif absent, plaquettes ko etc etc …). Je l’ai constaté moi même à plusieurs reprises et le pire qu’il me soit arrivé récemment : pour un simple changement de câbles et gaines mal fait chez un vélociste une pièce de ma poignée gauche Ultegra a cassé, bilan poignée HS et avec le problème d’approvisionnement vélo HS pendant un an avec un cout 300 euros… Alors maintenant je fais confiance à un collègue qui bosse dans un team pour mon entretien et j’achète sur le net par défaut, par dépit et je le regrette vraiment. Etant tout de même un défenseur du marché de proximité je consomme aussi localement assez souvent. Message aux VELOCISTES : considérez mieux vos clients et soyez au TOP en SAV !

  4. Bonjour,
    sur la consommation de matériel cycliste j’avoue que je mixe le neuf en magasin, sur internet, surtout pour le petit matériel, l’occasion.
    J’ai deux vélos de route achetés neufs chez mon vélocyste, un en montage carte et le tout dernier neuf, aussi mais vélo complet.
    Le montage a été réalisé chez le vélocyste dont je fréquente le magasin depuis de nombreuses années. Certes, il y a eu des ajustements, des retours, voir du SAV(indépendant du travail de l’équipe du magasin) mais cela a pu se faire de façon courtoise et la plus part du temps sans frais en sus.
    Pour le gravel, étant une activité occasionnelle, l’achat s’est fait sur internet en occasion. Pour autant le vélocyste en assure le suivi.
    Bref, le vélocyste me fait les entretiens dont mes vélos ont besoin annuellement, souvent le travail est peu important car les machines sont bien entretenus et en même temps, les pièces ne sont pas changées abusivement.
    J’y trouve un équilibre et je pense que le vélocyste doit aussi s’y retrouver.

    Essayons les circuits courts quand cela est possible et de faire travail les magasins de confiance proches de chez nous.

    Bon vélo à tous!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Votre cadeau est prêt à partir...

La communauté privée des amoureux du gravel.

3 820+ membres 👨‍👩‍👧‍👦

0 spam / 1 e-mail le samedi à 19h​.